top of page

Un 4e Festival Émergence de Montréal synonyme de partage


Benoit Vermette

Enfin, après des mois de travail acharné, la quatrième édition du Festival Émergence de Montréal est maintenant terminée. En un mot, je dirais que cette édition était synonyme de partage. Les cinéastes partageant leur histoire à travers de fabuleux courts-métrages, les distributeurs partageant divers outils pour pouvoir survivre dans ce domaine qui peut paraitre souvent très complexe et le public partageant leurs émotions face à ce septième art.


N’ayant pas assisté à plusieurs festivals dans ma vie, ce dernier m’a donné une très bonne première impression. Dès la première journée, j’ai pu remarquer la réjouissance chez le public et les cinéastes. Le cinéma a su créer plusieurs liens entre plusieurs personnes. Les gens n’avaient jamais fait connaissance auparavant, mais c’est comme s’ils se connaissaient depuis toujours. Ces liens se renforçaient de jour en jour puisque nous avions le plaisir de revoir plusieurs personnes à chaque festivité. À mon sens, le but d’un festival est de pouvoir créer un lieu de réseautage et de partage entre les gens du domaine cinématographique, et le FEM a su remplir cette mission haut la main.


Comme à l’habitude, le Festival Émergence de Montréal a présenté diverses catégories de courts-métrages: la fiction, le documentaire, l’international, l’animation et l’expérimental. Cette année, une autre catégorie s’est rajoutée à la programmation du festival: les courts venant de diverses régions du Québec. Cela a donc permis de mettre en valeur 5 cinéastes venant de l’extérieur de Montréal et de Québec, ce qui est, à mon avis, très positif puisque le cinéma de région mérite autant de reconnaissance que celui des grandes villes. En continuant sur la lignée des nouveautés, cette année, le festival avait plusieurs ajouts à sa programmation: le FEM sur la route, divers prix (le coup de cœur international du FCVQ, le meilleur court-métrage en région et le coup de cœur du jury francisation), la projection rétrospective présentant quelques films venant des années précédentes, la projection de la nouvelle série d’UnisTV, Les oubliettes, etc.


Le festival s’est terminé avec le premier gala en présentiel avec l’excellente animation de nos deux co-fondateurs: Camille Felton et Zoé Duval. Cette soirée fut un très grand succès rempli d’excitation et de joie venant autant du public que des membres du FEM. On souhaite au FEM de continuer de grandir et de poursuivre sa merveilleuse mission qui est de mettre en valeur les cinéastes émergents.







96 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page