Lignes de fuite: le jeu d’évasion réussi de Catherine Chabot

J’ai croisé une amie à moi sur le trottoir, à pied, en revenant de la séance. J’avais peine à trouver les mots, le film m’avait littéralement chamboulé. Ma réaction l’a tellement surprise qu’elle a continué son chemin... vers le cinéma afin d’assister à la prochaine représentation


La bande-annonce ne laisse pas présager une grande chute au scénario de Lignes de fuite. Une bande de filles, qui sont amies depuis la tendre enfance, se retrouvent après un bon moment sans s’être croisées. Elles passeront une soirée à Montréal, pendant laquelle nous apprendrons à connaître les différentes caractéristiques de leurs personnalités et qu’est-ce qui lie vraiment ces trois copines entre elles?

Source de la photo : Le Devoir


Les personnages sont très précis. J’adore Valérie (jouée avec finesse par Léane Labrèche-D’Or), une chroniqueuse à la radio Ici Première qui n’a pas la langue dans sa poche. C’est probablement le personnage le plus intéressant, bourré de nuances et de contradictions. Audrey (Catherine Chabot, aussi co-réalisatrice du film), est celle pour qui on prend, dans l’histoire. Celle qui nous ressemble. Anxieuse et banlieusarde, elle se fait à croire la vie parfaite. On s’attache à l’émotion qu’interprète Catherine Chabot et celle-ci nous bouleverse, jusqu’à la toute fin. La plus grande surprise, c’est Mariana Mazza, qui interprète Sabina, la résidente de la métropole qui a travaillé pour son argent. Loin de moi l’envie de dénigrer les humoristes qui se lancent dans le cinéma, mais j’étais moins convaincu de l’exploration qu’elle avait fait de son personnage, au début du film. Il lui ressemblait un peu trop. En revanche, dès que la chute fut entamée, Mariana Mazza surprend et m’a beaucoup ému. Son talent en stand-up était déjà indéniable; je vous confirme que nous la reverrons au cinéma.


La fameuse chute, dont je vous parle depuis le début, mais qu’en est-il?

Je ne veux pas trop en dire, mais l’affiche et les extraits ne nous l’annoncent pas. Ce n’est pas une histoire qui finit bien, c’est tout ce que j’annoncerai. C’est ce qui surprend vraiment. Lignes de fuite était d’abord une pièce de théâtre, avant d’être adaptée au cinéma par l’autrice de celle-ci (Catherine Chabot) et la prometteuse réalisatrice Miryam Bouchard. Ce qui est certain, c’est que lors de ton entrée en salle, tu croiras au long-métrage léger, mais le huis clos qui l’entoure te nouera la gorge jusqu’à la toute fin. Qui va fuir le premier? C’est la vraie question.