LES NOUVEAUX VISAGES DU FESTIVAL ÉMERGENCE

La deuxième édition du Festival Émergence arrive à grands pas ! La Sélection officielle a finalement été dévoilée au public le 1er mars, suite à un processus de sélection ardu.


Parmi tous les courts métrages soumis, 23 d’entre eux ont su se distinguer et, parmi ces œuvres, on peut compter un total de 29 cinéastes québécois qui présenteront, pour la première fois, un film dans le cadre de notre festival.


Voici les nouveaux visages du Festival Émergence et les projets qui ont su se démarquer..

ANIMATION


J’aurais dû être un cercle, Nicolas Bellemare

Au travers d’une animation hypnotisante, Nicolas Bellemare invite le spectateur à découvrir le portrait obscur d’une femme qui vit avec le regret de ne pas avoir été un cercle.


Le Flambeau, Charles Bibeau-Jubinville, Marc-Antoine Déziel, Tina Shan Dufour, Zachary Jose, Ariane Paquette, Billy Paulo-Desmarais, Max Spiegel et Ariane Tremblay-Lecomte

Cette équipe de jeunes animateurs a su charmer le comité de sélection avec un film touchant à propos d’une vie changée à jamais.


Mal de chien, Ann-Sophie Fournier, John Harbour et Roxane Tremblay

Ce court-métrage dessinera certainement un sourire aux lèvres du public grâce à la relation d’un chien plutôt débrouillard avec son maître.



DOCUMENTAIRE


Parenthèse, Isabelle Slattery

Après avoir réalisé des courts métrages de fiction, Isabelle Slattery capture la réalité en documentant une jeune femme en appréciation de la simplicité de la vie malgré un lourd passé.


Stellar Dunes, Philipe Desmarais-Renaud

Malgré la difficulté des collaborations artistiques en temps de pandémie, le réalisateur a eu l’opportunité de capter le processus de la conception à distance d’un projet réunissant 30 artistes.


Terne Chave, Jean-Christophe Diaque et Alexandre Pépin

Les deux réalisateurs invitent le public à découvrir la réalité et la culture des Tziganes, un peuple extrêmement marginalisé en République-Tchèque.



EXPÉRIMENTAL


Broken, Nathan Pupo-Greene

Dans ce court-métrage réalisé entièrement seul, le jeune cinéaste expose les émotions d’une âme abattue, brisée, au travers d’une lentille attentive.


Caged Shadow, Alexandra Sabourin

Alexandra Sabourin crée un mariage harmonieux entre la danse, la musique et d’autres médiums artistiques afin de créer l’univers dans lequel une danseuse tente de s'échapper de l’emprise des barrières de lumières.


Les nuits de l’incertitude, Nina Bouchard

Les nuits de l’incertitude représente une expérience, un voyage, dans lequel on retrace la transition des rêves entre la réalité, le quotidien et la nuit.


Quand la nuit tombera, Alexandre Lechasseur-Dubé

Captivant dès le premier coup d’œil, ce court-métrage invite le spectateur dans un monde fantastique grâce à une maîtrise soignée d’une narration intrigante avec le soutien d’une direction artistique à en couper le souffle.


Seize, Sophie Valcourt

Seize dépeint le portrait de la danse folklorique québécoise en l’observant sous plusieurs angles ; l’imperfection et la festivité sont au cœur de cette œuvre expérimentale qui se démarque par des séquences fascinantes.



FICTION


Boulettes, Patrick Gauthier

Le talentueux réalisateur prouve que le mariage de la comédie et l’horreur peut se faire à merveille en démontrant sa passion pour les deux genres au travers de Boulettes.


Dormir Désir, Virginie Nolin

Virginie Nolin invite le spectateur à observer, selon un point de vue sensible, la façon dont une jeune femme occupe son temps en retenant une charge émotive lourde suite à un deuil.


Fanny ne sort jamais sans son bat, Charlotte Clerk

Un film léger, comique, avec des personnages qui se rassemblent sans se ressembler ; Fanny ne sort jamais sans son bat est le portrait d’un trio unique.


Je suis comme le Roi, Louis St-Pierre

Au travers d’une histoire définie par le suspense, Louis St-Pierre laisse le spectateur sur le bout de sa chaise du début jusqu’à la fin grâce à son film qui nous fait découvrir un personnage imprévisible.


La Crise, Rafaël Beauchamp

Sensible et touchant, le film La Crise permet au spectateur de vivre quelques minutes dans un Québec en pleine Crise d’Octobre grâce à des personnages attachants par leur manière d’être intrigants.


La mort d’Elvis, Justine Prince

Mémorable par une intrigue comique, ce court-métrage représente une quête d’identité marquée par l'absurdité qui donne un charme remarquable aux personnages.


Le Roi du Matelas et Le Roi est Mort, Miguel Lambert

Miguel Lambert arrive en force au Festival Émergence, alors qu’il présente deux courts métrages différents l’un de l’autre, prouvant la versatilité du réalisateur.



RESTEZ À L'AFFÛT !


La deuxième édition du Festival Émergence se déroulera en ligne du 15 au 18 avril. Vous aurez la chance de découvrir ces jeunes réalisateurs talentueux en regardant leurs films, en plus de visionner les projets faisant partie de la Vitrine internationale et ceux sélectionnés en tant que mention d’honneur du festival.


Dans la prochaine édition du Magazine Émerge, vous découvrirez les trois derniers cinéastes composant la Sélection officielle, alors qu’ils marquent leur retour au festival pour une deuxième année consécutive.


53 vues0 commentaire