LES 7 GRANDES ÉTAPES POUR RÉALISER SON PROPRE FILM

  1. Trouver l’inspiration

Que ce soit venu sur un coup d’éclair en pleine nuit ou une histoire à laquelle on pense depuis des semaines, le film commence déjà à prendre forme dans notre tête. C’est le temps de visualiser et de se laisser emporter par les éléments autour de nous au quotidien qui nourrissent notre créativité. De quoi veut-on parler? Est-ce que quelque chose dans l’actualité nous révolte ou est-ce quelque chose que l’on a vécu nous a marqués? L’inspiration peut venir de n’importe où. C’est le moment de construire des personnages et de réfléchir à leur vie fictive. Quels sont leurs rêves, leurs motivations, leurs peurs, leur apparence, où ils vivent et qu’est-ce qu’ils mangent pour déjeuner? Cela peut aider grandement à orienter leur quête dans l’histoire et quels sont les défis qu’ils feront face. S’il s'agit plutôt d’une oeuvre documentaire, c’est le moment de faire des recherches approfondies sur le sujet qui nous allume pour monter un véritable dossier qui sera utile tout au long du projet. Allez à la rencontre de gens qui peuvent nous en apprendre davantage sur les enjeux que l’on veut aborder ou lire des ouvrages et des témoignages aideront certainement le réalisateur à mieux maîtriser le sujet central de son documentaire.

2. Écrire le scénario

C’est ainsi le temps de rassembler et de sélectionner ce qui nous semble le plus significatif parmi toutes nos idées pour le bien de l’histoire que l’on veut raconter et commencer à construire un fil conducteur. Des dialogues prennent forment et les scènes se précisent au fil qu’on les écrit. Cette partie est fort complexe, car il faut réussir à bien exprimer avec des mots ce que l’on voit en images. Il est pertinent de le faire lire à des personnes de confiance pour avoir un avis extérieur sur le film. Ce processus peut prendre des semaines, voire même des mois, avant d’arriver à un scénario final. Il ne faut pas avoir peur que la première version ne soit pas parfaite!


3. Former l’équipe

Il faut ensuite contacter les gens avec qui nous aimerions travailler, car plusieurs talents différents permettent évidemment d’unir les forces pour produire le meilleur film possible avec les connaissances de chacun. Les postes d’assistant-réalisateur, de producteur (et/ou coordinateur de production), de directeur de la photographie et de cameraman sont ceux qui travaillent le plus étroitement avec le réalisateur. Si la communication se fait aisément et que les membres de l’équipe ont des affinités, c’est encore mieux!

4. La pré-production

Après avoir rassemblé toutes les personnes avec qui nous sommes prêts à nous lancer dans un projet, il faut préparer dans les moindres détails le tournage à venir. La pré-production est une période essentielle qui oui, nécessite beaucoup de travail, mais qui permettra d’éviter le plus d’imprévus et de pertes de temps possible. Les besoins techniques seront également réfléchis. Une des premières étapes est de trouver les lieux nécessaires pour le tournage de notre film. Il faut souvent faire de nombreuses recherches pour trouver ce qui reflète le mieux notre vision d’où se déroule l’action. Il faut ensuite se rendre sur les lieux pour faire ce que l’on appelle un repérage pour s’assurer qu’ils correspondent effectivement à nos attentes. C’est également le temps de vérifier s’ils sont facilement accessibles comme par exemple, si les alentours sont achalandés et/ou bruyants. Bref, il faut garder l’oeil ouvert pour déterminer si l’endroit est propice à un tournage de manière générale et quel équipement particulier il pourrait possiblement impliquer. Ensuite, il est important de ne pas oublier de contacter les propriétaires des lieux pour obtenir l'autorisation de filmer.

C’est le moment aussi de trouver les acteurs! Le casting est toujours fort inspirant, car enfin nos personnages sont associés à un visage et ils prennent vie. Par la suite, planifier quelques rencontres et répétitions avec les comédiens permettra de briser la glace et bien communiquer les intentions liées à l’interprétation des répliques et le type de jeu privilégié par le réalisateur. Un autre élément de pré-production est de faire le découpage technique. Ce document regroupe les détails et les dessins de tous les plans qui constituent chaque scène du scénario. L’équipe aura donc une référence claire et complète de ce qui sera filmé: l’angle des prises de vue, la position de la caméra et les mouvements si c’est le cas. Un moodboard, c’est-à-dire un collage d’images qui nous inspire sur l’atmosphère que l’on souhaite recréer, est toujours fort utile également. Il reste alors à travailler les éléments de la direction artistique, qui sont principalement les accessoires, les décors et les costumes, et louer l’équipement de tournage au besoin. Finalement, un horaire de tournage et une logistique de transport et de nourriture bien réfléchis feront en sorte que le tournage sera bien préparé.

5. Le tournage

L’étape tant attendue est enfin arrivée! Le tournage est exaltant, parfois rempli d’émotions et… stressant sans aucun doute! C’est un sprint pour arriver à filmer dans les temps et ainsi respecter le budget fixé. Il faut être prêt à toutes les éventualités et savoir être créatif lorsqu’une situation inattendue vient changer nos plans initiaux. Parfois, il sera inévitable de devoir faire quelques sacrifices. Le film pourrait être un peu différent de ce que nous avions exactement en tête au départ, mais l’histoire et le résultat final au bout du compte s’en retrouvent souvent encore meilleurs. L’attitude positive est aussi importante pour garder la motivation de l’équipe. Une ambiance agréable sur le plateau rendra cette expérience unique encore plus mémorable et le moral de tout le monde en bénéficiera.

6. La post-production


La post-production correspond à l’ensemble des étapes qui suivent le tournage. Cela comporte principalement le montage, le mixage sonore et la colorisation. Le montage est un art en soi et peut transformer l’histoire complètement si on le souhaite. Les possibilités sont innombrables et c’est la dernière étape avant de voir l’oeuvre complétée. Même s’il y a plusieurs problèmes qui peuvent surgir à ce moment, les différents outils - de plus en plus sophistiqués et précis grâce à la technologie - peuvent nous aider à pousser notre film encore plus loin.


7. La distribution et la promotion

Une fois le montage terminé, c’est le temps de se préparer à montrer le film à un public! Certains préféreront le partager que sur les réseaux sociaux. D’autres tenteront leur chance en l’envoyant à des festivals d’ici comme ailleurs! Il y en a des nombreux et les inscriptions sont dans la plupart des cas très simples à remplir. Il est aussi bien de faire de la promotion à différents moments au cours de la production et des options originales, il y en a beaucoup! La promotion peut même commencer dès le tournage avec la publication de moments cocasses qui se sont passés sur le plateau ou de photos des acteurs.

Voilà donc les étapes d’un grand projet de film! Certaines autres étapes peuvent aussi s’ajouter comme la recherche de subventions si on souhaite par exemple avoir un plus grand budget pour une idée de film en cours de développement. Faire un film, c’est toute une aventure! Ça peut faire peur, mais voir un scénario qui nous tient en coeur se réaliser, c’est grisant et ça nous apporte toujours plus expérience.

ÇA COMMENCE ICI.

HERE IT BEGINS.

ES BEGINNT HIER.

COMIENZA AQUÍ.

从这里开始。

Contact

101 rue Murray, unité 1708

Montréal, Qc. H3C 0T4
festival.emergence@outlook.com
Tel: 438-349-6487

© 2020 Tous droits réservés - Festival Émergence