Le succès des Québécois à Cannes

C’est du 17 au 28 mai dernier qu’avait lieu la 75e édition du prestigieux Festival de Cannes, où de nouveaux talents de partout à travers le monde sont découverts chaque année. Depuis des décennies, les talents québécois rayonnent souvent lors de celui-ci, autant lors de la compétition officielle que lors des différentes sélections en parallèle avec celle-ci. Voici alors le succès de nos réalisateurs d’ici sur la Croisette.


Un peu d’histoire


Le premier film québécois à avoir été présenté à Cannes est Pour la suite du monde, réalisé par Michel Brault et Pierre Perreault, dans le cadre de la Sélection officielle en 1963. Ce documentaire porte sur la vie à L’Île-aux-Coudres. Michel Brault a aussi présenté Les Ordres en 1975, portant sur la Crise d’Octobre. Il a remporté le prix de la mise en scène, ex aequo avec Costa-Gavras pour son long-métrage Section Spéciale.

Image tirée du film Les Ordres. Source : https://www.imdb.com/title/tt0071949/


Jean-Pierre Lefebvre est le cinéaste québécois ayant eu le plus de films projetés à ce festival, avec 11, son premier étant Il ne faut pas mourir pour ça, en 1967. Son dernier film projeté fut Le vieux pays où Rimbault est mort, en 1977, qui est la suite d’Il ne faut pas mourir pour ça. En 1970, deux de ses œuvres ont été sélectionnées pour La Quinzaine des Réalisateurs, qui est une sélection en parallèle avec le Festival de Cannes qui permet de mettre en valeur des œuvres qui pourraient avoir des visions un peu plus singulières.


Denys Arcand est certainement un des réalisateurs québécois ayant connu le plus de succès à Cannes. C’est là-bas que la communauté internationale a découvert son œuvre Jésus de Montréal, ayant gagné le Prix du Jury dans le cadre de la 42e édition du festival tout en ayant reçu une ovation lors de sa présentation. Le déclin de l’empire américain a été présenté lors de la quinzaine des réalisateurs en 1986, mais c’est sa suite, Les invasions barbares, en 2003, qui est repartie avec le Prix du Scénario, remit à Arcand lui-même et le Prix d’interprétation féminine, remis à Marie-Josée Croze.

Image tirée du film Jésus de Montréal. Source : https://www.filmsquebec.com/denys-arcand-a-propos-de-jesus-de-montreal/


Cannes contemporain


Cannes a permis au maintenant célèbre Xavier Dolan de commencer sa carrière. C’est en 2009 qu’il a présenté son premier long-métrage J’ai tué ma mère, dans lequel il jouait aussi, alors qu’il avait seulement 19 ans dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. En 2010, il a reçu le prix du Regard Jeunes, pour Les amours imaginaires, mais c’est certainement son film Mommy, présenté en 2014 et mettant en vedette Antoine-Olivier Pilon et Anne Dorval qui confirme son statut d’habitué à Cannes. En plus d’avoir eu une ovation de neuf minutes, le réalisateur québécois est aussi revenu au Québec avec le Prix du Jury. Sur ses huit longs métrages, six ont été présentés au festival français. Dolan est le québécois le plus récompensé à Cannes, avec huit prix, devant Denys Arcand qui en a reçu cinq.

Xavier Dolan après avoir reçu le Grand Prix en 2016. Source : https://www.ctvnews.ca/entertainment/quebec-s-xavier-dolan-wins-grand-prix-at-cannes-for-juste-la-fin-du-monde-1.2912810


Le film Nadia, Butterfly, réalisé par Pascal Plante, qui est aussi membre du jury de la sélection officielle pour la troisième édition du Festival Émergence de Montréal, a été sélectionné pour la compétition officielle lors de la 73e édition du festival. Malgré l’annulation du festival dû à la pandémie, le long métrage a toutefois rayonné dans plusieurs festivals québécois, et a même été nommé dans la prestigieuse liste Canada’s Top Ten du Festival international du film de Toronto (TIFF) en 2020.


Cette année, c’est Charlotte Le Bon qui a représenté le Québec à Cannes avec son film Falcon Lake, qui est une coproduction Canada-France, dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Cette œuvre est son premier long-métrage, après avoir réalisé un court-métrage en 2018. Le film a été bien accueilli au festival et a même reçu une ovation à sa fin.

Charlotte Le Bon lors du tapis rouge. Source : https://www.lapresse.ca/cinema/2022-05-22/la-presse-a-cannes/un-accueil-exceptionnel-pour-charlotte-le-bon.php





4 vues0 commentaire