Le Québec et les effets visuels, une histoire de succès.

C’est après que Spielberg ait utilisé une partie du logiciel Softimage, fondé par le québécois Daniel Langlois, pour réaliser les effets visuels de Jurassic Park en 1997, que le Québec est devenu une figure incontournable dans le monde des VFX (Visual Effects). Depuis, les chances sont très grandes que lorsque vous écoutez un film ou une série américaine, plusieurs artisans d’ici aient travaillé dessus, à petite ou grande échelle.


Pourquoi le Québec?


Le Québec a toujours été une ville importante dans l’univers de jeux vidéo, avec plus de 140 studios et 15 000 travailleurs. Ce que peu savent, c’est que la province a un aussi gros succès dans l’univers des VFX. En 2021, le Québec comptait parmi ses rangs 6250 emplois liés aux secteurs des effets visuels. Avec l’apparition de plusieurs nouveaux studios et la création de milliers d’emplois, les universités et cégeps du Québec se sont adaptés, en créant plusieurs nouveaux programmes d’études afin de combler les besoins. Ce nombre est en constante croissance puisque la province est reconnue pour ses multiples programmes d’études liés au secteur, créant ainsi une bonne relève, pour la demande qui ne cesse de croître.


Ce qui fait de Montréal une ville si alléchante pour les studios est sa qualité de vie et son coût, qui est beaucoup moins cher si on le compare à plusieurs autres grandes villes au Canada et aux États-Unis. De plus, les gouvernements provincial et fédéral offrent différents crédits d'impôt. Le Québec offre un crédit de 16% sur les coûts de la main-d'œuvre en plus de 20% de remises en espèces sur les dépenses. Le Canada offre quant à lui un crédit additionnel de 16% sur les coûts de la main-d'œuvre. Ces différents crédits font en sorte que la province.


La magie de Denis Villeneuve


Pour Denis Villeneuve, malgré le fait qu’il ne fait uniquement des productions américaines depuis plusieurs années, encourager les boîtes de production québécoises est extrêmement important. Le studio montréalais Rodeo FX est un collaborateur récurrent dans l’équipe du réalisateur québécois, qui a travaillé sur tous les films de Villeneuve depuis Incendies (2010). L’équipe montréalaise du studio londonien DNEG (Double Negative) a aussi travaillé sur Dune et Blade Runner 2049, deux œuvres qui ont gagné l’Oscar des meilleurs effets visuels.

Plan réalisé par Rodeo FX. Source photo :https://www.rodeofx.com/project/dune


Lors de la cérémonie des Oscars en 2018, Richard R Hoover, un des quatre hommes dirigeant les effets visuels de Blade Runner 2049, a fait un devoir de faire mention des talents montréalais qui ont travaillé sur l'œuvre. To all my friends in Montreal, merci beaucoup, this is for you, dit-il dans son discours. Quatre studios montréalais ont durement travaillé pour rendre cet oscar possible : FrameStore, Rodeo FX, Double Negative et Moving Picture Company. Chaque compagnie a été assignée à différentes missions, afin d’arriver au film que nous connaissons.


Disney et sa confiance envers le Québec


La plus grande compagnie de production au monde porte aussi une confiance particulière envers les artisans québécois. C’est le studio d’animation Squeeze qui s’est vu confier la tâche de faire l’animation sur cinq des neuf épisodes de la série What If…?, une série produite par Marvel et diffusée en exclusivité sur Disney +, qui a été acclamée par la critique pour la qualité de son animation.


Les studios Cinesite quant à eux sont des artisans récurrents pour différentes productions de Disney. Ils ont travaillé sur les deux films les plus ambitieux de l’histoire des studios Marvel, Avengers : Infinity War et Avengers : Endgame. Le studio a travaillé sur 479 prises de vues pour les deux films au total. Plus récemment, ils se sont vu attribuer la confiance d’animer le film Iwàju, qui sortira en 2023.

Prise de vue dans Avengers : Endgame réalisé par Cinesite. Source photo : https://www.cinesite.com/avengers-endgame/


Cette année, pour chaque film nommé dans la catégorie des meilleurs effets visuels, Dune, No Time To Die, Spider-Man: No Way Home, Shang-Chi et Free Guy, un studio montréalais a travaillé à certain degré sur un des films. Par exemple, Framestore a travaillé sur Spider-Man: No Way Home et No Time to Die. Il ne sera pas surprenant de continuer à voir les artisans d’ici rayonner à l’international dans les prochaines années.



5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout