top of page

La saison du cinéma à l’extérieur!


Source de la photo : Joëlle Desjardins-Paquette


Qui dit saison estivale dit sorties au ciné-parc! En effet, toujours aussi populaire soit-elle, cette activité est bien appréciée par le public québécois. J’ai donc trouvé intéressant, en ce mois de juin emplit de chaleur agréable, de me pencher sur l’historique de ces cinémas en plein air. En me basant sur la série intitulée Une vue sous les étoiles diffusée sur Historia en 2020, je plonge dans la longue aventure des ciné-parcs québécois!


Bien que le concept du cinéma en plein air ait été instauré aux États-Unis dans les années 1930, le Québec n’y prend goût que vers 1970. L’ambiance politique basée sur la religion encore très présente à cette époque explique cette arrivée tardive pour les ciné-parcs dans la province. Le gouvernement de Maurice Duplessis se positionne contre cette nouvelle tendance estivale. Cela n’arrête toutefois pas les cinéphiles québécois de profiter de cette activité des plus populaires auprès de nos voisins du Sud. En effet, certains d’entre eux entreprennent de courts périples de l’autre côté de la frontière le temps d’une œuvre cinématographique!


C’est le 4 juin 1970 que le premier ciné-parc ouvre ses portes au Québec. Il est maintenant possible pour les adeptes de cette activité de se rendre à Sept-Îles pour profiter d’un film à la belle étoile. Près d’un mois plus tard, soit le 3 juillet de la même année, c’est au tour de la ville de Boucherville d’annoncer à ses résidents qu’ils pourront fréquenter un ciné-parc tout près de chez eux. Ce lieu emblématique puisqu’il représente une figure pionnière dans le domaine met fin à ses activités en 2020, après 46 ans d’existence.


Une vue sous les étoiles


Cette série aux allures ludique entreprend de multiples rencontres avec les propriétaires des cinq ciné-parcs ouverts à ce jour au Québec. Des entretiens profonds et chaleureux nous sont présentés en toute pertinence. De plus, l’historique des ciné-parcs est également expliqué en toute simplicité dans l’entièreté de ses détails les plus farfelus. Il est possible de témoigner de l’investissent émotionnel qu’ont chacun des propriétaires envers leur lieu de divertissement. Effectivement, dans l’objectif d’obtenir une soirée de type horreur réussie, le ciné-parc d’Orford et ses employés mettent en place divers éléments pour obtenir une soirée thématique complète! Il est réellement touchant d’observer les efforts mis pour que la clientèle obtienne la meilleure expérience possible.


En plus de nous en apprendre sur le quotidien des propriétaires des ciné-parcs québécois, la série diffusée sur Historia informe son public sur le long chemin qu’ont parcouru ces accommodations pour le cinéma en plein air. En bref, une écoute éducative qui s’avère plutôt pertinente en cette saison estivale.


Sources de l'article :



38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page