top of page

L’intercollégial de cinéma


Catherine Dubois


Du 31 mai au 2 juin derniers avait lieu l’intercollégial de cinéma au cégep de Sorel-Tracy. Un événement rassemblant plus de 200 étudiants en cinéma un peu partout à travers la province. J’ai eu la chance de poser quelques petites questions en lien avec l’intercollégial à Élizabeth Pinard, l’une des élèves sélectionnées par le Collège de Rosemont.


Le programme

L’événement était d’une durée de trois jours pendant lesquels plusieurs activités en lien avec le cinéma étaient organisées. Tout d’abord, tous les étudiants ont eu la chance de partager sur grand écran le court-métrage qu’ils avaient produit pendant la session d’automne avec la possibilité de s’engouffrer d’un bon bol de popcorn 😊 Par la suite, ils ont eu la chance d’avoir des classes de maitres, donc des rencontres avec divers professionnels du domaine. « […] on a [pu] poser toutes les questions qui nous chantaient. […] Il y en avait vraiment pour tous les goûts. J'ai personnellement choisi l'atelier qui portait sur les costumes, mais il y avait aussi des ateliers sur la direction photo, sur la transition entre les études et le monde professionnel, sur le documentaire, etc. La classe à laquelle j'ai assisté était plus magistrale, mais d'autres élèves m'ont raconté qu'ils avaient fait des exercices ou [des échanges sur le cinéma]. », explique Élizabeth.


L’échange entre les cinéastes

L’élément qui semble être ressorti le plus des réponses d’Élizabeth est le partage. Le cinéma est un domaine très niché et hiérarchisé où tous se battent pour atteindre le podium où leur œuvre est reconnue. L’intercollégial de cinéma permet donc l’échange de connaissances entre les cinéastes sans qu’il y ait une sorte de compétition entre les individus. On oublie les inégalités et on se concentre sur le point commun de tous, le septième art. Comme me l’a si bien mentionné Élizabeth, « c’était vraiment inspirant de pouvoir partager nos histoires avec des gens qui ont vécu les mêmes choses que nous. On pouvait discuter de nos programmes, de nos films et des différents problèmes qu’on a dû surmonter. »


Étant un rassemblement de plusieurs étudiants provenant de différents cégeps au Québec, Élizabeth a donc eu la chance de discuter avec ces derniers. Cela lui a permis de se confronter à quelques différences entre les écoles des différentes régions. Élizabeth m’a fait part qu’elle avait pu remarquer des différences dans le nombre de coéquipiers dans les équipes de production, dans les budgets ainsi que dans les équipements accessibles auprès des étudiants. À mon sens, l’intercollégial de cinéma permet de partager sur le cinéma en soi, mais peut également agrandir l’horizon des jeunes en apprenant sur ce qui se retrouve ailleurs au Québec.

Catherine Dubois


Les cinéastes émergents

Un événement pour les jeunes, c’est ce qu’Élizabeth a le plus apprécié de l’intercollégial de cinéma. C’est davantage d’activités de ce genre qu’on devrait proposer aux jeunes, car c’est en échangeant avec l’autre qu’il pourra découvrir et apprendre de nouvelles choses sur le cinéma. De cette façon, on fait en sorte de les éduquer, mais aussi de perdurer, en quelque sorte, notre culture cinématographique québécoise.

Catherine Dubois



93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page