top of page

Directrice de la programmation - Une tâche complexe

La troisième édition du Festival Émergence de Montréal approche à grands pas, avec une tenue du 25 au 28 août prochain. Notre équipe travaille très fort afin que cette édition, qui est aussi notre première en présentielle, soit inoubliable. Notre directrice de la programmation, Andréa Trudel, met les bouchées doubles jusqu’à la fin du mois d’août afin d’assurer le bon déroulement des différentes projections. Je me suis entretenue avec elle afin de mieux comprendre son travail.

« Mon poste correspond principalement aux tâches reliées aux films et à la programmation [...], je suis aussi un peu la personne-ressource des cinéastes, autant pour la sélection officielle que pour la compétition internationale.» Dès la sélection des films, Andréa s’assure du bien-être des cinéastes et qu’ils ne sont pas perdus dans ce processus qui peut sembler intense. Elle doit aussi rassembler tout le contenu nécessaire pour la projection et le site web, en demandant aux réalisateurs différentes photos d’eux ou encore de leur court-métrage.


À un peu moins de 14 jours du festival, Andréa se concentre principalement sur la préparation du festival. « Une journée typique dans ma vie consiste à répondre à ses courriels, pour m’assurer que les cinéastes soient informés et qu’ils se sentent soutenus par l’équipe.» Elle doit aussi télécharger tous les films sur la plateforme Dailymotion, pour la diffusion en ligne, tout en les mettant sur un disque dur pour la diffusion en présentiel. Le tout est fait en conservant la meilleure qualité des œuvres, donc une double vérification doit être faite.


Pour construire une bonne programmation, l’équipe de sélection, composée d’Andréa Trudel (directrice de la programmation), Camille Felton (cofondatrice du festival), Zoé Duval (cofondatrice du festival) et Frédéricke Buri (directrice générale), se base sur différents critères pour faire de bons choix. «Pour qu’un court-métrage soit sélectionné, il faut qu’il y ait un bon équilibre entre le talent du réalisateur, la qualité de son film et du scénario, l’exécution et à quel point le film correspond à sa catégorie. », me mentionne-t-elle. Il est aussi important pour l’équipe de programmation de faire abstraction du nom du cinéaste qui envoie le film, pour faire abstraction de toute influence que le nom pourrait apporter.


Dès qu’Andréa reçoit une soumission de court-métrage, elle entre les diverses informations importantes dans un document Excel afin de ne pas s’y perdre. Il est aussi important pour elle d’écouter les œuvres dès qu’elle les reçoit. « La plupart du temps, les gens envoient leur film très dernière minute, donc c’est important pour moi de prendre de l’avance pour ne pas m’y perdre».


Lorsqu’il est temps de débattre sur la sélection des films, les discussions se font beaucoup plus longues pour les courts-métrages de fictions, puisqu’il y a beaucoup plus de soumissions que pour les films animés, documentaires ou encore expérimentaux. Pour faire la sélection complète, la discussion peut durer entre trois et quatre heures. Cette année, dans la catégorie fiction, 10 courts métrages font partie de la sélection officielle, tandis que dans les catégories expérimentale et documentaire, cinq ont été sélectionnés et deux dans la catégorie animation.



Le Festival Émergence de Montréal aura lieu du 25 au 28 août prochain. Pour assister aux divers événements, vous pouvez acheter vos billets ici.

Comments


bottom of page