top of page

Denis Villeneuve, bijou national

Depuis maintenant plusieurs années, Denis Villeneuve est un nom qui est sur toutes les lèvres. Ses succès comme Prisoners, Blade Runner 2049, Arrival et plus récemment Dune, ont permis à Villeneuve de se tailler une place de choix dans l’élite hollywoodienne. Avec 10 nominations pour Dune à la prochaine cérémonie des Oscars, voici un retour sur la carrière du maintenant célèbre réalisateur québécois.


Des débuts remarqués


Après avoir gradué du baccalauréat en cinéma en 1992 à l’UQAM, Villeneuve a réalisé plusieurs vidéoclips pour des artistes québécois, dont le groupe Beau Dommage. Ses vidéos ont remporté plusieurs prix lors de différentes cérémonies. Depuis, il n'a réalisé aucun autre clip musical soulignant que la musique devrait être laissée à l’imagination.


Son premier long-métrage, Un 32 Août sur Terre, mettant en vedette Pascal Bussières, était le film qui a représenté le Canada pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1999, mais n’a malheureusement pas été nommé. De plus, le long-métrage faisait partie de la sélection officielle Un Certain Regard, au Festival de Cannes en 1998, lui permettant de se créer un nom en tant qu’artiste.

Photo tirée d’Un 32 août sur Terre. Source photo : https://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-2358/photos/detail/?cmediafile=21412780


Introduction à l’international


Présenté pour la première fois à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes en 2009, Polytechnique marque l’entrée sur le marché international pour Denis Villeneuve. Ce long-métrage qui porte sur la tragique tuerie de la Polytechnique en 1989 a semé la controverse, particulièrement au Québec pour sa représentation des événements. « Pour faire le film, on avait l’aval des familles et de la Fondation du 6 décembre qui trouvaient que c’était une bonne idée, mais à condition que cela ne soit pas un portrait de tueur. » a mentionné Villeneuve dans une entrevue accordée à La Presse en 2009.


En 2010, la place du réalisateur à l’international s’est confirmé avec Incendies, basé sur la pièce de théâtre du même nom. Après avoir fait sa première dans deux des plus grands festivals de films, à Venise et Toronto, le film a été nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur film en langue étrangère. Grâce à Incendies et Polytechnique, Villeneuve a gagné deux années de suite le Prix Rogers du meilleur film canadien, faisant de lui le premier Canadien a remporté le prix deux fois consécutives.

Photo tirée d’Incendies. Source photo: http://www.tasteofcinema.com/2017/7-reasons-why-incendies-is-denis-villeneuves-overlooked-masterpiece/

2013 - Une année marquante


C’est sur une période de 13 mois que Denis Villeneuve a réalisé Enemy et Prisoners, tous deux mettant en vedette l’acteur américain Jake Gyllenhaal. Enemy est une production Espagne-Canada, qui transporte à l’écran transporte à l’écran le roman de José Saramago, L’Autre comme moi. Le film, qui était beaucoup plus expérimental que tout ce qu’il avait réalisé auparavant, n’a pas eu le succès critique escompté, mais le québécois s’est tout de même vu remettre le prix du meilleur réalisateur aux Prix Écrans Canadiens.

Denis Villeneuve et Jake Gyllenhaal sur le plateau d’Enemy. Source photo : https://thefilmstage.com/denis-villeneuve-and-jake-gyllenhaal-reteam-for-hbo-limited-series-adaptation-of-the-son/


Alors qu’Enemy était en postproduction, Villeneuve s’attaque à son nouveau projet : Prisoners, qui aura un énorme succès auprès des critiques, et s’est même vu être nommé aux Oscars, pour la meilleure photographie. Un projet totalement différent de son précédent film, par la taille de son équipe, son budget et son histoire, ce bond rapide entre deux réalisations démontre la passion et la polyvalence du réalisateur. Les deux films ont fait leur première au Festival International du Film de Toronto en 2013.


La science-fiction, un nouveau domaine de prédilection


Villeneuve poursuit sa lancée hollywoodienne, cette fois-ci avec un film de science-fiction, Arrival. Filmé en majorité au Québec avec une équipe majoritairement québécoise, il raconte l’histoire de Louise Banks (Amy Adams) qui est engagée par l’armée américaine pour apprendre à communiquer avec des extraterrestres qui se sont installés sur Terre. L'œuvre lui a donné huit nominations aux Oscars, et est reparti avec le prix du meilleur montage de son, pour le travail de Sylvain Bellemare. Le réalisateur a aussi été nommé pour meilleur réalisateur, faisant de lui le premier et le seul québécois à avoir été nommé dans cette catégorie.


Le québécois poursuit sa lancée dans la science-fiction avec la suite du classique Blade Runner, Blade Runner 2049, mettant en vedette nul autre que Harrison Ford, qui retourne dans son rôle de Rick Deckard et Ryan Gosling en tant que K. Encore une fois, le réalisateur fait appel à des talents québécois pour travailler avec lui, dont les équipes des studios Framestore et Rodeo Fx, qui ont été récompensées aux Oscars pour leur incroyable travail sur les effets visuels de l'œuvre, sous la supervision de John Nelson, Gerd Nefzer, Paul Lambert and Richard R. Hoover. Le film marque la troisième collaboration entre Villeneuve et Roger Deakins et permet à ce dernier de gagner son premier Oscar pour la meilleure direction photo.

Blade Runner 2049. Source photo : https://www.santiniphotography.com/blog/minimalism-in-street-photography/


Dune, un rêve d’enfance devenu réalité


Dune est le roman qui a accompagné Villeneuve tout au long de son adolescence, son plus grand rêve étant de pouvoir le transposer à l’écran. C’est en 2017 qu’il se voit décerner l’honneur de réaliser la plus récente adaptation du roman de Frank Herbert. Dans un article écrit par lui-même sur le site de Vanity Fair en mars 2022, il mentionne : « J’ai passé des décennies à imaginer Dune, plusieurs années à l’écrire et à le créer et une autre année atroce où il n’a pas pu sortir à cause de la pandémie. L’aventure complète aura pris la majorité de ma vie. »


Le film avait une date de sortie en novembre 2020, mais a finalement été reporté en octobre 2021, dû à la pandémie. C’est à ce même moment que HBO annonça que le film sortirait simultanément sur sa plateforme de streaming HBO Max, au désarroi de Villeneuve. Il a alors écrit une lettre ouverte, publiée par Variety, suivant ainsi le mouvement de plusieurs autres réalisateurs, dont Christopher Nolan, appuyant le fait que les films sont faits pour être regardés sur de grands écrans, qu’ils sont censés être une expérience collective.

Photo tirée de Dune. Source photo : https://www.latimes.com/entertainment-arts/movies/story/2021-10-21/dune-movie-book-changes-explained-denis-villeneuve


Après avoir eu un énorme succès au box-office, Dune Part Two fut annoncé quelques jours après la sortie de la première partie, avec la promesse d’une sortie exclusive en salle, au grand bonheur de Villeneuve.


Le succès critique de Dune est confirmé par ses différentes nominations aux différents grands galas qui soulignent le cinéma. Le film reçoit 10 nominations aux Oscars, dont celle du meilleur film, en plus d’avoir gagné cinq trophées à la cérémonie des British Academy Film Awards (BAFTA), dont la meilleure direction photo.



Comments


bottom of page