Les Rose : « Pas LA vérité, UNE vérité : celle des Rose »

Il y a 50 ans. Octobre 70. La Crise d’Octobre. Une époque charnière pour tout le Québec. On en a parlé. On l’a enseigné. On en a fait des films. On a écrit des livres. FLQ, Laporte, meurtre. Le Québec en entier connait la chanson. La chanson de cette histoire dramatique. Toutefois, cela n’a pas empêché Félix Rose, fils du felquiste Paul Rose, de la présenter sous un autre air, de manière inédite, forte et touchante. Les Rose, c’est le regard de Félix Rose sur ceux et celles oublié.es par les livres d’école : sa famille.


Le long métrage de 127 minutes, écrit et réalisé par Félix Rose, Les Rose, dépeint de manière subjective les événements d’octobre 1970. Dix-sept ans avant que le réalisateur du documentaire vienne au monde, son père, Paul Rose et son oncle, Jacques Rose, ainsi que d’autres membres du Front de libération du Québec enlevaient le ministre Pierre Laporte semant le chaos à travers le Québec. Des années plus tard, devenu adulte, l’unique fils de Paul Rose, se lance dans une quête qui ne sera pas facile : comprendre. D’une part, comprendre les motivations de ces êtres si doux à ses yeux à commettre des actes terroristes. D’autre part, comprendre ses racines. Comprendre d’où il vient.


Pendant deux heures, on suit la famille Rose, de façon chronologique, ne perdant ainsi aucune parcelle de la vie de Paul Rose, à travers un montage mené par des mains de maître (celles de Michel Giroux) accompagné de la musique de circonstance de Philippe Brach et de La Controverse. De la jeunesse de Paul et Jacques dans une ville ouvrière assez pauvre, Ville Jacques-Cartier, jusqu’à leur vie de famille post-prison, s’enchaînent à la perfection vidéos amateurs familiales, entrevues télévisuelles, témoignages, illustrations et photographies d’archive inédites en plus d’entrevues menées par Félix Rose auprès de sa famille (mère, tante, oncle, etc.) pour le long métrage. La force des contenus exclusifs, comme les vidéos familiales ou encore les enregistrements clandestins de Paul Rose, est efficace et vient chercher les spectateurs droits au coeur.


D’ailleurs, Jacques Rose, celui qui n’avait, à ce jour, jamais réellement abordé octobre 70 dans les médias, témoigne publiquement pour l’une des premières fois, créant à la fois une sorte de trame narrative au film. Toutefois, même si le réalisateur aborde de plein front les fameuses questions présentes sur toutes les lèvres, ce dernier ne réussit pas à avoir de réponses claires, laissant les spectateurs les plus curieux sur leur faim.


Malgré tout, la force du plus récent long métrage de Félix Rose ne repose pas sur la véracité des faits. Non. La force principale, ce sont les gens qu’on y retrouve. Rose sait comment « créer » des personnages forts, qui viennent chercher les émotions. On retrouve une famille qui se tient, solidaire et unie dans l’adversité. Que dire des femmes Rose, mais particulièrement Rose Rose, mère de Paul et Jacques Rose! On découvre une femme forte qui a su se battre plus que n’importe qui lors de cette époque aujourd’hui révolue. Cette mère de famille qui a su rester debout pour défendre ses valeurs et sa marmaille est une figure marquante restée trop longtemps dans l’ombre que Félix Rose nous met en lumière avec brio. Pour sa part, Paul Rose est, naturellement, peut-être un peu trop idéalisé dans le regard de son fils, mais il faut admettre qu’on lui découvre un côté très sensible, doux et touchant.


Intemporel

On pourrait croire qu’un documentaire relatant une histoire vieille d’une cinquantaine d’années serait inintéressant pour les plus jeunes générations qui n’étaient pas encore au monde durant cette période cruciale du Québec. Pourtant non. Pas besoin d’avoir plus de 55 ans pour apprécier ce film. Loin de là. Le documentaire de Félix Rose est encore d’actualité. Bien que la Crise d’octobre soit l’un des principaux sujets, la jeunesse pourra y retrouver des thèmes et des personnages qui les touchent droit au coeur. Ce n’est pas d’hier que le gouvernement méprise les futures générations.


Bref, bien que les plus avides d’histoire y trouveront certaines images d’archives exclusives, il ne faut pas aller voir Les Rose pour y récolter des faits objectifs sur la Crise d’octobre. Non. Félix Rose n’a pas la prétention de peindre un portrait juste des événements. Il faut aller voir Les Rose pour poser un autre regard que celui des cours d’histoire sur les acteurs entourant octobre 70. Il faut aller voir Les Rose pour découvrir une famille riche et forte. Il faut aller voir Les Rose pour comprendre. Nous aussi. Qui sont les Rose.


ÇA COMMENCE ICI.

HERE IT BEGINS.

ES BEGINNT HIER.

COMIENZA AQUÍ.

从这里开始。

Contact

101 rue Murray, unité 1708

Montréal, Qc. H3C 0T4
festival.emergence@outlook.com
Tel: 438-349-6487

© 2020 Tous droits réservés - Festival Émergence